Les Paperolles

A moins que ce ne soit le papier lui-même qui, dans sa matérialité et selon l'usage qu'on en fait, nous aide à libérer une parole vraie, créatrice? Une activité manuelle, une pratique artistique liée au papier, qui à l'instar de l'origami ou du pergamano,canalise notre énergie et libère notre créativité?

Là encore, oui puisqu'à l'origine, ce terme désigne aussi une pratique artistique et spirituelle de la Renaissance dans le sud-est de la France ; une prière manuelle.

Le mot en lui-même, "Paperolles", évoque dans sa forme "quelque chose" de l'ordre du papier (paper) et de la parole. Celle que l'on couche sur le papier, celle que l'on écrit? Oui, d'ailleurs, c'est le nom des carnets d'écritures de Marcel Proust (rien que cela), ses cahiers de mille-feuilles raturées, corrigées qui témoignent de son cheminement intérieur et matérialisent son processus créatif.

La pratique artistique en elle-même a traversé le temps et les océans. Elle s'est coupée de ses racines religieuses et aujourd'hui, se pratique sur quasiment tous les continents.

Activité manuelle, voire loisir créatif, on la connaît davantage de nos jours, sous le nom de quilling. Pourquoi? Parce que quill, en anglais, c'est la plume, la plume d'oie plus exactement,la même que celle avec laquelle on écrit. Le quilling, l'art de la plume littéralement, ou plus précisément, l'art de travailler le papier à la plume.

Les carnet d'écriture de Proust rendent visibles le processus créatif de l'écrivain et témoignent de son cheminement intérieur en spirale. Or, cette spirale est aussi la forme de base des paperolles artistiques : elle est au centre et toutes les autres formes en découlent. 

Une spirale originelle qui nous inspire et nous invite à rentrer dans la danse de  l'expansion...